Les Médisantes

Archive for the ‘En vadrouille’ Category

Par la Râleuse.

Ouhlaaa mais ça fait des plombes que je ne suis pas venue ici (ni sur mon autre blog perso, secret de la mort qui tue)… J’ai honte ! Faut dire que les derniers mois ont été plutôt chargés en émotions, en remises en questions blablabla (voir mon billet sur les équations…toujours d’actualité ça va de soi sinon ça ne serait pas drôle !).

En tout les cas, je suis bien contente car les premières chaleurs arrivent, il commence à faire beau, on met des petites robes et surtout des tongs ! J’adore.

Mais surtout, tout va bien car je reviens d’une semaine de folie furieuse à New-York avec la Snob !

Cette ville m’a envoutée, j’en rêve jour et nuit, je veux y retourner, vivre là-bas, travailler là-bas, parler anglais toute la journée, passer mes soirées à boire des gins-tonic sur des Roof Tops en plein coeur de Manhattan, faire du shopping de dingue sur Broadway, faire la sieste à Central Park les lendemains de cuite, prendre le ferry pour aller à Staten Island et m’ébahir de la vue, faire du vélo sur le pont de Brooklyn, manger des burgers au Shake Shack à Madison Square Park, boire des bières à Soho, me perdre dans le Moma, observer les écureuils dans les parcs, faire un tour dans les galeries de pop art, prendre mon petit déj’ tous les matins au Starbucks, observer les touristes à Times Square, faire la fête avec les New-Yorkais, prendre des taxis jaunes, tirer sur la corde du bus, prendre des milliers de photos, m’habiller comme je veux… Vivre simplement finalement.

Parce que New-York pour moi ça rime avec quitter Paris, quitter un boulot qui ne m’épanouie pas, fuir une équation du second degré qui me pourrie la vie,  laisser une routine qui me rend morose, découvrir de nouveaux horizons, rencontrer des nouvelles personnes (très friendly les New-Yorkais)… Malheureusement, quitter Paris veut aussi dire abandonner mes amis les plus chers sans qui je serais bien peu de choses, oublier mes petites habitudes de parisienne, renoncer aux grosses soirées et au gros son qui me fait tout oublier le week-end (les New-Yorkais ne dansent pas, il faut se le dire), faire une croix sur la french touch, l’amour à la française, la cuisine française et le café…

Finalement, partir pour de bon c’est un choix difficile à faire, vous ne pensez pas ? Je me tate, je réfléchis, je cogite, je ne dors plus, j’hésite à me lancer. En même temps, si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais, non ? Mes amis seront toujours là quand je rentrerai (et ils viendront me voir !), Paris n’aura pas changé mais moi si (et ça j’en suis sûre !)… Affaire à suivre !

La Râleuse, qui rêve d’être une New-Yorkaise…

Étiquettes : , ,

Mon amie La Râleuse vous a fait son petit résumé de la soirée qu’elle a quitté très rapidement. Mais elle ne vous a pas tout dit. Je ne reviendrais pas sur les précisions que j’ai apporté dans les commentaires sur la soirée, mais je vais plutôt me faire un plaisir de vous faire un état des lieux vestimentaire de la soirée… Par La Snob

Donc, comme vous l’a déjà exposée La Râleuse, nous avons pris la navette nous conduisant sur le lieu de la soirée derrière le Petit Palais. Une fois montées à bord et squatté les 5 places du fond, car il n’y a que celles-ci digne des Médisantes, nous voici, La Râleuse et Moi, assises face à l’allée à décoder le look vestimentaire de chaque personnes qui monte. Et il faut bien le dire, nous ne sommes absolument pas discrètes. Et là horreur!!! Je dirais même que des horreurs! J’admets que l’ont puisse venir habiller de manière originale à une soirée Diesel, mais ce n’était même pas le cas. C’était juste de mauvais goût, voir insignifiant. Nous noterons quand même une originalité discutable pour un pyjama une pièce vert à capuche style lutin, qui, je dois bien l’avouer m’a laissé perplexe. Il y avait bien des gens déguisés à la soirée, mais il semble qu’elle n’en faisait pas partie.

Mais revenons à notre bus! Les gens commence à monter, le spectacle commence!
Sujet n°1 : la chemise / robe de bucheron. Oui vous savez cet imprimer à carreau qui n’est ni de l’écossais, ni du tartan, mais que certaine gamines s’escrime à porter depuis quelques saisons en ayant l’impression d’être fashion! Et bien non, ce n’est pas possible, la chemise bucheron n’a jamais été sexy et ne le sera jamais, c’est juste moche! Donc par pitié jetez ces horreurs à la poubelles ou donnez les à Emaeus. Ce qui est tendance cette saison, c’est l’écossais et le tartan, le reste c’est pour couper du bois dans les froides forêts canadiennes, Nous on vit à Paris!
Sujet n°2 : le blouson en cuir. Perso j’adore je cuir : blouson, pantalon, robe, jupe… Mais attention, des fois on peut faire des fautes de goût. Et là, vraiment le blouson en cuir jaune moutarde c’est juste pas possible. Déjà c’est une couleur bâtarde, super dur à porter et à accorder, et qui ne met franchement pas en valeur. Si déjà vous avez un teint blafard, alors avec une couleur pareil on a plus qu’à vous enterrer! Et pour arranger le tout, ce… blouson était court!!! Donc je vous fais pas de dessin, on a une échelle multicolore entre le pantalon, le pull et le blouson! Et je ne parle même pas des chaussures vertes avec le tout…. Mon Dieu!!!
Sujet n°3 : la robe pull. Pareil, j’aime beaucoup. Pour l’hiver c’est idéal, douillet et sexy. Sauf que là, on a eu comme un doute avec La Râleuse. La jeune fille est-elle enceinte ou juste mal foutue avec une ceinture qui lui fait ressortir ses bourlets???? On a jamais trouvé la réponse…
Sujet n°4 : la faute de goût pas excellence : des collants opaques noirs dans des sandales!!!! (je ne développerais pas plus, ça n’en vaut même pas le coup)
Sujets n°5 : la petite robe de soirée. Vous remarquerez que cette fois-ci j’ai mis un « S » à « sujet »! Car elles sont plusieurs à arborer le même style. Un petit groupe de gamines anglaises un brin dodu et prêtes à mordre (en tout cas elles savent se servir de leurs gros cul pour vous pousser dans la file d’attente), over maquillées et limite gominées. Tout ça manque beaucoup de naturel, mais surtout ne les met pas en valeurs. On dirait un petit troupeau de cochon tout potelé à l’étroit dans des robes trop petites pour elles. Riiidiiicule!!!

Voilà pour les quelques spécimens étudiés plus en détails. Sinon, pas de look plus marquant que ça, pas d’originalité, limite décevant!

C’était la critique modesque en direct de la soirée Diesel … Par La Snob

PS : et bien sur avec La Râleuse on est gaulées comme des déesses avec un goût vestimentaire irréprochable, cela va de soit!!!

Étiquettes : ,

Samedi dernier c’était, comme grand nombre le sait, l’événement worldwide Diesel xXx Party… Bien sûr, comme les Médisantes sont des furies, elles avaient trois petits sésames en cuivre pour y accéder… Par La Râleuse.

Première étape : la navette pour se rendre Porte de Saint-Cloud.

Rdv rue de la Reine, nous sommes avec nos amis, excités par cette soirée car nous ne savons pas encore à quoi nous attendre… On monte dans la deuxième navette, et bien sûr nous nous précipitons dans le fond du bus, histoire de jouer le revival de nos années collège lorsqu’on se battait pour avoir les 5 places du fond dans le car qui nous conduisait à la piscine, car au fond c’était pour les gens cools, ça va de soi.

Je prends la place centrale, car j’adore observer les gens et puis ça me rappelle les voyages scolaires, et mon statut de chef de bande de l’époque… (J’étais très autoritaire quand j’étais enfant).

Et là commence un festival de tenues plus improbables les unes que les autres (mais je suis sûre que La Snob vous en reparlera asap…). Heureusement que nous avions ça pour nous divertir car la navette/bus/car tarde à partir et je me gèle avec la clim… Départ en fanfare, le chauffeur est un fou, j’ai bien cru que nous allions tous y rester. Je me contiens, je ne râle pas, trop excitée d’arriver sur les lieux pour voir ce que Diesel nous réserve !

Deuxième étape : faire la queue.

Je déteste attendre. On nous fait poireauter dans une queue non-organisée sur de la terre battue (mes chaussures sont pourries d’entrée, ça m’énerve un peu). Au bout d’une bonne demi-heure, on finit par rentrer sauf qu’il n’y a pas foule (alors pourquoi nous faire attendre autant ?).

Troisième étape : Profiter de la soirée ?

Bref, je me dirige vers le bar, et là nouvelle déception : ils ne servent à boire qu’un quart d’heure toutes les heures. Non mais c’est quoi ce délire ? Je veux bien que tout soit gratuit, mais on n’empêche pas les gens de boire quand ils le veulent !!! J’attends. Croise Sarah Marshall, Pierre-Mathieu et des comédiens de téléfilms du Cours Florent…Mouais. Je finis par avoir un verre, mais l’ambiance n’est toujours pas là. C’était mou, les gens n’étaient pas souriants, bref vraiment pas une ambiance festive (enfin selon moi). Bref, je me suis ennuyée ferme pendant deux heures (deux heures quand même), et vous savez bien que je déteste l’ennui. Ce qui fait que je suis partie. Oui, j’ai quitté la soirée Diesel où tout le monde voulait aller (il y avait des places en vente à 400€ sur Ebay , vous vous rendez compte ?), laissant la Snob derrière moi…

Suis-je trop vieille ? Ou alors est-ce que la soirée était ratée ? A en croire la masse de gens qui sont partis en même temps que moi (et qui ont râlé dans le métro avec moi), je n’étais pas la seule déçue… Diesel ça craint (d’ailleurs je n’ai jamais aimé leurs jeans !). Si vous aussi vous y êtes allés, n’hésitez pas à me faire part de votre avis…

La Râleuse, qui a gâché son samedi soir…

Étiquettes : ,

Voici un beau sujet : nos Week-Ends!!! par La Snob

Alors déjà un week-end ça se prépare, et là tout commence le lundi. Et oui, début de semaine oblige, et manque de motivation pour bosser oblige d’autant plus à penser à ce que nous allons faire le week-end suivant. Donc dés 11H00 (oui, parce que avant on prend le thé/café du matin qui permet de mettre les neurones en route) connexion à FB pour dire bonjour à ma Râleuse préférée. En même temps, je check les différents évènements reçus sur FB. Et oui, parce FB c’est vachement bien pour avoir tous les évènements parisiens, suffit d’ajouter à ses contacts les bonnes personnes pour être au courant des bonnes soirées! DONC, choix de la soirée du/des vendredi et/ou samedi dés le lundi matin! Ça motive 😉

Du coup en fonction de la soirée de la veille, le réveil du samedi matin est plus ou moins facile et tôt, d’autant plus quand on aime trainer au lit! Donc la journée du samedi commence rarement avant 16H. Et des fois, on a le courage d’aller faire un peut les boutiques, histoire de se trouver une tenue pour notre soirée du week-end suivant. Le samedi soir, en fonction de la soirée de la veille, soit on enchaine, soit…. on enchaine!!!

Donc le dimanche, compte tenu de la fatigue, commence à 17H00! Et comme c’est dur de faire se connecter toutes les neurones entres-elles, la seule chose que nous sommes capable de faire c’est…. médire aux terrasses de cafés. Mais attention!!! Pas n’importe quelles terrasses, que les plus chics : Le Tourville à Ecole Militaire, Le Marly au Louvre et prochainement Le Georges et Le café Beaubourg à Pompidou.

N.B.: Un conseil, au Tourville, se placer dans la dernière ranger de la terrasse pour avoir la meilleure vue sur le reste de la terrasse afin de ne rater aucun mâle à admirer ou pouf à critiquer!!!

La Snob qui trouve que le vie est troooop dure!!!!

Hier soir Les Médisantes étaient de sortie avec leur joyeuse petite bande de copines, pour fêter les 25 ans d’une de leurs amies dans un club parisien près des Champs-Elysées où des before only for girls sont organisées tous les jeudis soirs… Par La Raleuse.

Mise en situation : 21h30, j’ai déjà fumé des tonnes de clopes sur le trottoir, parce qu’évidemment nous sommes arrivées trop en avance (c’est rare que ça nous arrive en plus). M’ennuyant légèrement, je décide de discrètement écouter la conversation des nanas qui font la queue derrière nous : deux avocates mi-BCBG, mi-putasses…

Putasse N°1 (venue directement du bureau): En sortant du câââbinet tout à l’heure, je suis passée chez Zara pour m’acheter un petit haut pour me changer pour ce soir, et bien figurez-vous qu’il n’y avait QUE DAAAALLE…

Putasse N°2 (très mal fringuée): Ah bon, mais côôôôment ça se fait???

Putasse N°1 (révoltée) : Il n’y avait des petits tops en acrylique noir, moches comme tout!! J’allais quand même pas mettre 25€ là-dedans ! En acrylique, tu te rends compte ?!

Putasse N°2 (toujours aussi mal fringuée mais prévoyante): Ah ouais mais t’as trop raison, ça craint ! Tu sais quoi, ce matin j’avais décidé de me fringuer en prévision de ce soir au cas où je ne puisse pas repasser chez moi… J’avais mis ma robe, tu sais la courte ! Et puis je cherchais ab-so-lu-ment une paire de chaussures pour aller avec. Du coup j’ai sorti mes CDC de 15cms !! Sauf que figure-toi qu’arrivée en bas de ma rue, j’ai fait demi-tour…

Putasse N°1 (interloquée): Ah bôôn ??? Pourquoi ???

Putasse N°2 (sûre d’elle) : Je me sentais pas… Je ne pouvais PAS aller au câââbinet habillé comme ça en pleine journée, on aurait dit que j’allais en boite!! Au fait elle vient Machinette ?

Putasse N°1(blasée): Non, j’ai pas réussi à la motiver… au fait tu as recroisé Machine ?

Putasse N°2 (pas très fine): Oui ce matin. Qu’est ce qu’elle est grosse quand même !

Putasse N°1 (fausse gentille): Nan, elle est potelée disons.

Putasse N°2 (encore moins fine): Elle est grasse, mais c’est pas un gras flasque donc ça va. Tu sais qu’elle fait quand même du volley deux fois par semaine cette grosse !

Putasse N°1 (langue de putasse avocate): Mouais… Ce qui est con c’est que QUAND ELLE VEUT, elle peut avoir un beau visage.

Putasse N°2 (passe du coq à l’âne): Au fait tu viens mercredi soir à la soirée « Open-cocktails » du câââbinet ?!

Conclusion : Les avocates sont de vraies langues de putasses, il n’y a pas à dire ! Mais croyez-vous que certaines professions sont épargnées ? Perso, je bosse dans une star-up du Web et croyez-moi, on veut se la jouer cool dans le Web (genre on porte des basquets et on travaille en open-space pour développer la créativité, blablablabla…) mais ça balance dur ! Et par messenger en plus (bah oui on est en open-space c’est pour ça… mais j’y reviendrai !). Dans la modasse, je sais que c’est pareil voire pire (on tape pas sur les mêmes points sensibles), mais la Snob vous en parlera !

La Raleuse, en investigation sur les CSP !